14/02/2007

Le sol en fôret....

La litière en fôret est ce tapis de feuilles mortes qui jonchent le sol.  La litière est constituée essentiellement de feuilles mortes, de bois morts, de cupules de chênes et de hêtres, d'écorces, de fleurs et écailles de bourgeons, mais aussi de déjections et cadavres d'animaux. 

 

Dans nos fôrets, la quantité de feuilles mortes tombant chaque année atteint environs les 3 tonnes à l'hectare.

 

C'est dans la litière que se joue la survie de la fôret, elle est la source d'alimentation de cette dernière. La fôret va utiliser ses déchets pour se nourrir.  Pour ce faire, elle doit recycler cette litière.  En effet, la litière est un puit de carbone, mais il n'est pas assimilable tel quel par les plantes qui ne peuvent le puiser que sous forme de dioxyde de carbonne (C02).

 

Il faut donc que la matière organique des détritus soit transformée en C02.  Cette transformation s'appelle "la décomposition de la matière organique"

 

En analysant la litière, on peu remarquer le travail de décomposition.  On peut y trouver par exemple:

 

- des feuilles blanchies.  C'est la pourriture blanche.  Elle est attribuée à l'activité des champignons, principalement des basidiomycètes.  Cette pourriture blanche est la dégradation de la lignine présente dans les feuilles.

colbuty2lepista_nuda_1

 

 

- des feuilles en dentelle: elle traduit l'action de la microfaune, principalement celle d'un groupe d'arthropodes: les collemboles. Ceux-ci prélèvent la partie la plus tendre de la feuille et laissent les vaisseaux.  Ils sont aussi aidé par toute une série de bactéries.

Collembole1     
Collembole-2-03

 

 

- une odeur d'humus:  révèle la présence de certaines bactéries, les Streptomycètes.  Elles participent à la dégradation de la cellulose, mais aussi au cycle de l'azote.  De plus elles libèrent dans le sol des antibiotiques puissants.

 

Cette décomposition formera la couche d'humus.