24/08/2013

Le pin sylvestre (Pinus sylvestris)

Le pin sylvestre est un résineux très présent en Basse et Moyenne Belgique.  Il fut (ré)introduit au XIV siècle comme essence de reboisement des terrains incultes.  C'est une essence frugale par excellence, il tolère les sols sablonneux et pauvres, généralement le type de sol supportant la forêt en nature, pin, arbre, photoBelgique.

On le reconnait grâce à la couleur du tronc qui est rose-saumonée en hauteur et à ses aiguilles groupées par 2.

Son couvert est léger, ce qui permet aux essences peu exigeantes en lumière (sciaphiles) de se développer en sous-étage.  Exclus en Ardennes car il est sensible aux neiges collantes par la fragilité de ses branches qui peuvent casser sous le poids de la neige.

Il était surtout utilisé comme bois de mines car il prévient avant de casser...  Dans le commerce, il est appelé "le sapin rouge du Nord".  Essence calcifuge (qui ne supporte pas les sols calcaires).

Il est maintenant remplacé par le pin Laricio (Pinus nigra subsp. laricio), le Douglas (Pseudotsuga menziesii) ou l'épicéa (Picea abies) qui ont une productivité plus importante.

14:33 Écrit par climax | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

20/08/2013

Chevreuil (Capreolus capreolus)

Pour ce premier spot, je vais décrire le chevreuil, mammifère bien connu de nos forêts. 

 

On appelle le mâle le brocard et la femelle la chevrette.  Le jeune jusque 6 mois est appelé le faon et de 6 à 12 mois est surnommé chevrillard.

Avec une hauteur de 60 à 90cm au garrot, le chevreuil pèse entre 20 et 25kg.  La femelle est plus petite que le mâle et ils vivent entre 10 et 12 ans.

faon, nature, photoLe brocard porte des bois sur la tête qui poussent dès l'été suivant sa naissance.  Ces bois tombent en novembre-décembre et repoussent en 4 mois.  Pendant cette repousse les bois sont recouvert d'une peau que l'on appelle les velours.  Ils permettent l'afflux de sang qui permet l'accroissement des bois.  Lorsque les velours ont terminé leurs rôles, ils se décomposent et tombent.  Pour s'en débarrasser plus rapidement , le brocard se frotte les bois contre les arbres, ce qui provoque des dégâts de frottures à ces arbres.  Ces excroissances ne sont pas de bois à proprement parlé mais sont faites d'os.

Le chevreuil à un pelage brun-roux en été et gris en hiver.  Il porte à l'arrière-train une tache blanchâtre en forme de coeur chez la femme et en forme de rein chez le mâle.

 

Le chevreuil est herbivore, et se nourrit principalement le matin et le soir.  Il mange des jeunes pousses, des bourgeons, des ronces, herbages et divers fruits.  Les problèmes rencontrés par le forestier sont les abroutissements et les frottures.  Ces problèmes peuvent être très dommageables en cas de surpopulation de chevreuil.

En ce qui concerne la reproduction, un phénomène que l'on appelle diapause embryonnaire ou ovoimplantation différée vaut la peine de s'y attarder.  La période de rut se passe entre le 10 juillet et le 20 août et la femelle ne met bas qu'au mois de mai suivant.  Cette longue période entre la fécondation et la mise bas est expliquée par la diapause embryonnaire.  Normalement, la mise bas devrait théoriquement se passer en hiver, mais cette période est peu propice à l'élevage des jeunes.  Pour contrer cela, l'ovule fécondé en été stationne dans la trompe de l'organe génital jusqu'en décembre et la gestation active ne commence qu'en janvier.  Moyen ingénieux et perfectionné d'adaptation.IMG_7386b.JPG

Les ennemis du chevreuils sont les renards pour les jeunes et la circulation automobile.

Ils communiquent par une sorte d'aboiement assez lugubre.  Ils possèdent des glandes cutanées situées au niveau des pattes et à la base des bois qui sécrétent une substance odorante qu'ils diffusent au sol par "grattis" ou par "frottis" aux arbres.

C'est un animal assez facile à apercevoir en forêt ou en lisière, mais si l'on veut s'en approcher il faut tenir compte du vent car son odorat est très développé.

 

17:24 Écrit par climax | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Retour au source....

Après m'être souvenu que j'avais créé un blog il y a des années, je retombe dessus. Et selon vos commentaires très encourageant je vais l'agrémenter à nouveau.  Je vais essayer de conserver le style d'avant qui me semble assez chouette avec le recul.  Mais les années passées, ce n'est pas garanti car tout évolue...  Depuis lors, je me suis équipé en matériel photographique donc les photos proposées seront de moi.  Je voulais aussi m'excuser envers toutes les personnes qui m'ont laissé des messages  et qui n'ont pas eu de réponses.  Mais dés à présent, je vais essayer de tenir ce blog à jour.  J'espère que vous aurez autant de plaisir à me lire qu'à l'époque!  

Olivier.

17:20 Écrit par climax | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/05/2007

Le crachat de coucou

Sur les feuilles de plantes de friche, de prairies, autours des tiges, on peut observer un petit amas de mousse blanche qui ressemble à un crachat.

 

68757410

 

Ce n'est pas le crachat de l'oiseau, mais c'est une substance produite par la larve de la cicadelle écumeuse.  Petit insecte ne dépassant pas les 7 à 8 mm.  Difficile à observer par sa couleur brunâtre à verdâtre et par sa méfiance.

 

Les adultes pondent les oeufs sur le végétal à la fin été, début automne, et ceux-ci n'éclosent qu'au printemps.  Les larves enfoncent alors leur stylet dans la plante pour absorber la sève.

 

La sève étant peu nourrissante, les larves doivent en absorber beaucoup et donc en rejeter beaucoup par l'anus.  Elles injectent alors de l'air dans leurs déjections et de là se forme cette mousse blanche.

 

 

cracooo

 

Son rôle est double, protéger l'animal du déssèchement et des prédateurs.

 

C'est un phénomène très courant pour le moment... Soyez attentifs

17:18 Écrit par climax dans Général | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : crachat de coucou, images, nature |  Facebook |

Fleurs sauvages

Il n'était pas encore si longtemps, le long des champs de cultures on pouvait contempler de jolies fleurs sauvages comme le coquelicot, la nielle des blés ou encore le très beau bleuet des champs...

 

180px-CornPoppies

 

Hélas ces espèces ont fortement régressé dans nos régions.  La modernisation de l'agriculture en est la cause principale.  Le triage des semences est de plus en plus sélectif et biensur l'utilisation des herbicides en est aussi pour quelque chose!

 

Grâce à des aides agro-environnementales on voit parfois mais encore trop rârement des fleurs sauvages le long de certaines cultures.

 

250px-Centaurea_cyanus_b

 

 

 

 

 

 

Pour contrer ce phénomène, il vous est possible chez vous de créer une petite parcelle de fleurs sauvages.  Même en jardinière c'est possible!

 

chrysanthemum%20segetum-gele%20ganzebloem-01991

 

Si vous avez un espace plus grand (1 à 2 ares), il est recommandé de créer une vrai prairie fleurie, càd un mélange de graminées, de plantes vivaces et parfois quelques annuelles.  C'est un mélange stable si il est fauché une à deux fois l'an.

 

Tourniere%20messicole

 

Bien entendu, tout ceci ne s'improvise pas.... Semis, sursemis, repiquage, le choix du site, le choix des semences.... 

 

Pour de bons conseils, passez sur le site www.ecosem.be 

 

 

180px-Mohnblume_1

 

Ces quelques photos vous feront peut-être rêver ou mieux vous convaicront peut-être de créer à votre tours une petite prairie fleurie.

 

Jardin_champetre_s

 

14/04/2007

photos d'environs....

 

Voici quelques photos prise pas très loin de chez moi....

 

IMG_0432        La Nepticule dorée dans sa feuille de ronce.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
IMG_0374

 
Plantation de jeunes hêtres avec un intrus (qui pour moi n'en n'est pas un...)
 
 
 
IMG_0458

L'enclume de la Sitelle torchepot... Faine coincée dans un pli d'écorce de chêne.

 

 

IMG_0396

 

Gélivure ou blessure due au gibier?
 
 
 

 

 

 

 

 

IMG_0435

 

 

Le houx, ça sent les fêtes, mais c'est aussi un signe de dégénérescence du sol.

 

 

 

 

 

IMG_0463

Pas de commentaires!

 

 

IMG_0474

 

17:30 Écrit par climax dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : photos, nature, promenades |  Facebook |

10/04/2007

La biodiversité

Il est bon d'en parler, le fait que de plus en plus d'espèces exotiques sont introduites chez nous!  Ce sont des plantes ou des animaux qui ne vivent normalement pas chez nous. 

 

Certaines espèces sont dites "invasives", c'est à dire que leurs populations profusent et colonisent de nombreux milieux et menacent notre environnement. 

Cette prolifération est due au manque de prédateurs et parasites naturels qui ne sont pas présent dans leur nouveau milieux.

 

D'autres espèces exotiques par contre ne posent aucun problèmes particuliers.

 

Il faut donc être attentif à ne pas importer ou même acheter chez nous les espèces exotiques qui peuvent causer de véritables problèmes à notre environnement ou même à notre santé.

 

Parmis les espèces exotiques les plus menaçante chez nous, on retrouve par exemple:

 

La tortue de floride, qui se nourri de nos plantes indigènes, des larves de nos libellules, de grenouilles, de tritons ou petits poissons... Elle peut aussi infliger des fortes morsures.

tete3

    
 

 

La coccinelle asiatique, qui passent l'hiver en groupes dans nos maisons en y libérant une odeur désagréable pouvant provoquer des allergies et sa larve très vorace qui peut manger nos coccinelles indigènes.  La coccinelle asiatique risque bien de prendre la place des notres....

W_Foto3VALJ_-Mentens---faun

 

 

 

La berce du Caucase qui par sa grandeur empêche le développement des plantes indigènes par manque de lumière.  Elle peut provoquer aussi de grâve brûlures.  La prudence s'impose notamment lors de fauchages ou quand les enfants l'utilisent comme sarbacane!

heracpla

 

 

 

On peut citer aussi l'écrevisse signal, qui assure la propagation d'un chamignon pathogène vis-à-vis duquel elle est immunisée, mais qui détruit les populations d'écrevisses indigènes.  La signal tend à remplacer nos écrevisses.

 

 

 

La mineuse du marronier pose également problème... J'en ai déjà parlé dans un article précédant.

 

L'hydrocotyle fausse-renoncule, plante aquatique qui pose pas mal de problèmes également lorsqu'elle forme un tapis épais sur l'eau et se développe au détriment des autres espèces.... Elle empêche la lumière de pénétrer dans l'eau et entraîne ainsi une diminution de l'oxygène dans l'eau pouvant causer la une mortalité importante dans les populations de poissons.

 

index-23_2

 

 

 

Beaucoup d'espèces exotiques sont introduite chez nous de manière délibérée...  Par exemple des plantes ornementales ou des animaux domestiques pour leurs couleurs attrayantes, des espèces pour la lutte biologique comme les coccinelles asiatiques.... Les avantages que ces espèces pouvaient apporter sont vite remplacer par des problèmes beaucoup plus grâves.

 

D'autres espèces sont elles inroduites de manières accidentelle comme par exemple  des espèces "voyageurs clandestins" qui s'invitent lors d'un vol ou d'une croisière.

 

Ces espèces exotiques envahissantes peuvent avoir des impacts négatifs au niveau:

 

- écologique parce qu'elles entrent en compétition avec les espèces indigènes, s'en nourrissent ou leur transmettent des maladies.

 

- économique en portant atteinte aux récoltes, en obstruant les cours d'eau ou en imposant des frais pour essayer de les éradiquer.

 

- santé, lorsqu'ils véhiculent des maladies, des parasites ou quand elles produisent des substances allergènes ou toxiques.

 

Les invasions biologiques sont la deuxième cause d'extinction des espèces dans le monde, donc voici quelques conseils qu'il est bon de respecter...

 

- donner la préférence aux plantes et animaux indigènes....

 

- réfléchir à deux fois avant l'acquisition d'un animal domestique et ne pas le lâcher dans la nature si on ne sait plus s'en occupper...

 

- éviter d'abandonner dans la nature ses déchets de jardinage ou les produits de curage de la mare...

 

- éviter de rapporter des plantes ou des animaux de ses voyages....